Anciennes lignes "FOL"
Les anciennes lignes de la compagnie "Fourvière Ouest Lyonnais"... et alentours !

Categories

Accueil > La compagnie FOL > Le temps des ficelles, crémaillères, trams...

Le temps des ficelles, crémaillères, trams...

de 1878 à nos jours

Dans la perspective d’augmenter le trafic sur le funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just qu’elle possédait depuis 1878, la compagnie du Chemin de fer de Lyon à Fourvière et à Saint-Just décida d’ouvrir un chemin de fer d’intérêt local à voie métrique (« le » FOL) reliant la gare haute de Saint-Just aux communes rurales de Vaugneray et Mornant avec voie commune jusqu’au Tupinier (Grézieu-la-Varenne). Elle prit le nom de compagnie du chemin de fer de Fourvière et de l’Ouest Lyonnais (« la » FOL). La mise en service du train FOL eut lieu en 1886/1887. Par la suite, la gare haute du funiculaire de Saint-Just accueillit également le terminus de deux autres lignes (de tramway cette fois-ci) vers Sainte Foy-lès-Lyon et Francheville-le-Bas.

La première, la ligne de Sainte Foy, fut mise en service en 1893 par la compagnie TSF (Tramway de Sainte Foy). Une de ses particularités était un écartement peu répandu à Lyon : 0,75 m ! La carrosserie avait été réalisée par un charron du village. L’autre ligne, vers Francheville-le-Bas, fut mise en service par la FOL en 1898. De 1898 à 1907, il y avait donc 3 lignes et demi (Sainte Foy, Francheville-le-Bas et les 2 antennes du FOL vers Vaugneray et Mornant) qui servaient de rabattement vers le funiculaire de Saint-Just, lui assurant un trafic conséquent.

La FOL avait souhaité creuser un tunnel pour relier les Minimes à Fourvière en 1891 afin de mieux desservir la "colline qui prie". Le projet n’ayant pu se faire, elle obtint la concession d’un funiculaire Saint-Jean - Fourvière (direct) en 1895. Le funiculaire ouvrit en 1900.

La même année, une compagnie concurrente ouvrit un funiculaire reliant la gare ferroviaire de Saint-Paul [1] à Fourvière où un tram de seulement 800m permettait de rejoindre ensuite le cimetière de Loyasse. Le projet visait à terme à prolonger le tram jusqu’à la place de Trion pour prendre de la clientèle à la FOL, les passagers préférant peut-être la correspondance à la gare de Saint-Paul. Le projet ne vit pas le jour et la ligne connut de nombreuses difficultés financières. La FOL racheta le tout en mars 1908.

En 1905, la ligne de Francheville était prolongée jusqu’à Francheville-le-Haut. De son côté, dès 1907, la ligne de Sainte Foy - rachetée entre-temps par la FOL et mise à la voie métrique - empruntait la montée de Choulans pour atteindre son nouveau terminus au Pont Tilsitt. Ce nouveau trajet évitait donc le détour par Saint-Just depuis les Trois-artichauts et la rupture de charge.

Dans l’optique de supprimer également la rupture de charge à Saint-Just, on imagina faire descendre les rames des lignes Vaugneray/Mornant et Francheville directement par le tunnel du funiculaire. On remplaça donc en 1900 la « ficelle » par une crémaillère de deux voies métriques. Après la fusion entre la FOL et l’OTL (la compagnie des Omnibus et Tramways de Lyon qui deviendra plus tard TCL), les essais eurent lieu sur la crémaillère en 1912. Les premières tentatives d’une voiture normale accompagnée d’une rame à crémaillère faillirent tourner à la catastrophe suite au déraillement de la rame à crémaillère soulevée par le poids de sa charge. Ainsi, en 1913, on tint compte de ce problème en achetant de nouvelles voitures équipées d’une crémaillère. On avait donc une ligne crémaillère/adhérence environ 70 ans avant la ligne C du métro ! Malheureusement, cette roue à crémaillère ne pouvait s’accommoder du revêtement inégal de l’époque à base de pavés. On dut se contenter de la rupture de charge de Saint-Just [2].

Dès lors, en 1920, la ligne de Francheville (ayant pris sous l’OTL l’indice « 30 », la ligne de Sainte Foy-lès-Lyon étant devenue « 29 ») se rendit, elle aussi, au Pont Tilsitt et le FOL fut le seul à subsister à la gare haute de Saint-Just jusqu’à sa disparition en 1954.

Le funiculaire Saint-Paul - Fourvière victime de nombreux ennuis techniques fut fermé par l’OTL en 1937 tandis que le tram Fourvière - Loyasse était remis en service pour la Toussaint 1938, 1939 et 1942 avant de laisser la place, de nos jours, à une jolie promenade...

En 1958, dans un souci de coût, de confort et de performance (trajet réalisé en 4min au lieu de 6min30 avec la crémaillère), on installa un funiculaire à traction électrique sur la portion Saint-Jean - Saint-Just.

En 1970, pour ses 70 ans d’existence, le funiculaire Saint-Jean - Fourvière fermait entre mai et décembre pour une réfection.

Le dernier aménagement du secteur eut lieu à Saint-Jean pour l’arrivée de la ligne D du métro. A cette occasion, on reconstruisit la station basse qui se retrouva au niveau R+1 tandis que l’ancienne gare basse accueillait l’office du tourisme. Ces aménagements furent ouverts en 1988 et le métro arrivait en 1991. Plus récemment l’office de tourisme a cédé la place à une agence TCL suite à l’installation des portillons d’accès à la station.

Au début des années 2000, on a entendu parler régulièrement de projets de réouverture de la ligne du FOL entre Vaugneray et Alaï (correspondance avec la ligne SNCF Brignais – Tassin), notamment à la Région. Le projet de révision du PDU n’abordait pas le sujet. On pouvait y lire seulement que des aménagements de voirie seraient réalisés sur "[...]- des secteurs où des opportunités d’aménagement du réseau de voirie peuvent se présenter (exemple de liaison Vaugneray - Craponne - Gorge de Loup)[...]". Une étude a cependant été menée conjointement par le SYTRAL et le Conseil Général du Rhône pour évaluer les possibilités de réutilisation de la plateforme au profit d’un TCSP (Transport Collectif en site propre). A ce sujet voir la page consacrée au projet.

Suite : entre 1935 et 1965, l’ère des trolleybus

Voiture FOL

Notes

[1ligne de Lyon Saint-Paul à Montbrison pas Tassin-la-Demi-Lune, l’Arbresle et la vallée de la Brévennes

[2faut-il le regretter ou s’en réjouir ? Comment le savoir ! une ligne directe entre l’Ouest Lyonnais et le centre de Lyon aurait été très attractive... mais qui dit qu’elle n’aurait pas été supprimée complètement quand on fermait toutes les portions de tram ?! Les funiculaires qui ont été conservées ne l’ont-ils pas été parce qu’ils étaient souterrains et hors du réseau ?